Club Photo Picardie

 

Notre club photo se veut avant tout un espace de partage d'expériences et de compétences pour permettre au plus grand nombre de produire des photos qui leur plairont vraiment.

Nous n'avons aucun a priori sur le type ou la marque de matériel utilisé à la prise de vues, notre ambition est de faire connaître quelques fondamentaux pour que chacun puisse utiliser au mieux de ses possibilités le matériel dont il dispose.

Les réunions mensuelles sont axées sur des thématiques décidées en commun. Les personnes qui se sentent le plus à l'aise sur le ou les sujets choisis préparent alors une présentation dont ils feront profiter les autres participants à la séance suivante.

Nous avons réalisé 2 expositions différentes à Orry-La-Ville puis à Coye-La-Forêt (Galerie Photos)

Nos réunions ont lieu les premiers mardis de chaque mois, de 14h à 16h, à la place du cours de diaporama confirmé. Elles sont toujours annoncées sur l'Accueil du site.

 


 

Notre séance du 3 avril 2018

Météo oblige, nous avons préféré rester à l'abri pour des exercices de prise de vue. Pour ce faire, nous avions prévu de l'éclairage complémentaire et une mini mise en scène composée d'une part de 3 figurines Playmobil disposées sur une feutrine pour neutraliser d'éventuels reflets de lumière et d'autre part de 2 toupies multicolores bricolées à partir de vieux CD munis d'étiquettes colorées. Le but était de tester les modes "Portrait" et "Sport" disponibles sur la quasi totalité des appareils photo, qu'il s'agisse de compacts, hybrides ou reflex.

Les exercices ont consisté à réaliser des prises de vue d'abord en mode "tout automatique" puis en sélectionnant le mode Scène le plus approprié à la photo.

Ensuite, grâce au logiciel DXo Optics, on a visionné les résultats obtenus par chacun sur grand écran, en étudiant en même temps les caractéristiques techniques associées à chaque photo (mode de prise de vue [Auto ou scène prédéfinie], ouverture, vitesse, focale, sensibilité, flash activé ou non).

Le bilan est très mitigé en terme de résultat.

  • Mode Portrait

on a pu constater que le mode Scène "Portrait" est efficace dans la plupart des cas; lorsque c'est ce type de photo qui est souhaité, l'appareil va bien sélectionner l'ouverture (maximale)  permettant de réduire au maximum la profondeur de champ (ou zone de netteté) pour isoler le sujet par rapport au reste de l'environnement, et donc adapter automatiquement la vitesse de prise de vue et la sensibilité en ISO (pas critiques dans notre cas puisqu'on avait fourni beaucoup de lumière). Dans la mesure où on aura pris soin de procéder à un cadrage "serré" de la photo, donc qu'on ne prend pas un plan large qui est inadapté à un portrait, on a bien constaté l'effet flouté du fond et de l'avant-plan qui permet de bien détacher son sujet par rapport à l'environnement. En revanche, le fait de photographier des figurines de très petite taille a posé problème pour cadrer serré, dans la mesure où la distance minimale de mise au point était parfois trop importante pour les objectifs, ce qui ne se serait pas produit avec des sujets de plus grande taille. Impossible pour certains de s'approcher suffisamment près des figurines et d'obtenir une mise au point correcte. Le mode "Macro" des appareils photo, testé par certains, était ici le plus approprié et utilise lui aussi une ouverture maximale, donc une profondeur de champ très faible.

Il a également pu être constaté que le changement de focale, du grand angle au téléobjectif, influe fortement sur la zone de netteté, la position téléobjectif étant optimale pour ce type de photo.

  • Mode Sport

Lorsqu'on a utilisé les toupies colorées, les résultats sont selon moi plutôt médiocres, et en tout état de cause très décevants. Le mode "Scène Sport" sélectionné n'a jamais mis en oeuvre de vitesse suffisamment élevée pour figer le mouvement, alors que c'est en théorie sa spécialité, et ce quel que soit l'appareil testé. Le seul cas où on a pu observer des vues dépourvues de la sensation de rotation c'est lorsque le flash se déclenchait (le plus souvent à l'initiative de l'appareil, pas du photographe !) et le mouvement se figeait alors parce que la durée de l'éclair d'un flash est particulièrement brève.

 

Voici quelques photos que j'ai réalisées après coup pour illustrer les rendus et les paramètres de prise de vue associés, pour vous donner des ordres de grandeur acceptables (prises de vue sans éclairage additionnel et sans flash).

 

   arret  
   les 2 toupies à l'arrêt  
 rotation 60 1  rotation 60 2  rotation 60 3
Vitesse = 1/60, ISO 500, f:1/8    Vitesse = 1/60, ISO 500, f:1/8    Vitesse = 1/60, ISO 500, f:1/8   
 rotation 500 rotation 1000 1  rotation 1000 2 
 Vitesse = 1/500, ISO 500, f 1/2.8 Vitesse = 1/1000, ISO 1000, f 1/2.8  

 

 On constate bien qu'à des vitesses faibles comme 1/60ème la rotation est perceptible puisque les secteurs de couleurs apparaissent mélangés. En revanche au 1/500ème, les secteurs sont déjà bien visibles de manière distincte, et c'est encore plus net au 1/1000ème, alors que les toupies tournent à pleine vitesse.

On notera en particulier qu'à la vitesse de 1/60ème, contrairement à ce que certains ont pu constater, les disques ne paraissent pas figés, car je n'ai pas utilisé de flash !! 

 

Le 15 mai 2018,

comme programmé, on a passé en revue la version 11 du logiciel de DxO OpticsPro, notamment en suivant le très bon tutoriel vidéo de Gilles Théophile que vous trouverez ici :

https://www.youtube.com/watch?v=CshlFzUzx2c

N'hésitez plus à vous y référer et testez chez vous avec vos photos, petit à petit les automatismes viendront ....

 

 

Sortie Photos du 9 octobre 2018

La météo étant particulièrement favorable ce jour-là, direction les étangs de Commelles, parking au niveau de la digue entre l'étang Chaperon et l'étang Neuf pour les 5 participants du jour.

Après quelques rappels sur les réglages possibles, chacun tente de les mettre en œuvre sur son propre appareil en fonction des possibilités offertes, pas toujours très étendues malheureusement.

Comment réaliser une vue panoramique sans les automatismes ?

Un petit exposé est fait sur place pour expliquer comment on se prépare pour réaliser une vue panoramique. Sur la plupart des appareils récents, cette fonction est intégrée et demande seulement de réaliser un balayage latéral sans lâcher le déclencheur. Ce que je reproche à cette méthode, c'est que le résultat est une vue toute en largeur, probablement très délicate à intégrer dans un diaporama, sauf à faire également un balayage latéral à la mise en œuvre du logiciel de diaporama. De même, le fait de tenir l'appareil obligatoirement à l'horizontale pour pouvoir profiter de ce mode "scène" particulier a pour conséquence de souvent sacrifier les parties hautes et basses de notre champ de vision.

Pour pallier ce manque, une méthode consiste à réaliser cette prise de vue manuellement en intégrant les éléments suivants :

  • on tient son appareil à la verticale ce qui préserve les parties hautes et basses du point de vue,
  • on se prépare à déclencher un grand nombre de fois tout en faisant sur soi-même un mouvement de rotation le plus horizontal possible,
  • chaque zone photographiée recouvrira partiellement la zone précédente pour permettre de "recoller les morceaux" lors du passage dans un logiciel d'assemblage de ces photos,
  • on est conscient qu'à l'assemblage on devra très probablement recadrer pour ne conserver que ce qui nous intéresse, donc on n'hésite pas à commencer sa prise de vue avec une zone qui ne sera sans doute pas intégralement conservée dans la photo résultante, idem pour la dernière prise de vue,
  • pour éviter les différences d'exposition entre toutes les photos (quasiment inévitable sur un panoramique large), il faut s'assurer que toutes les images seront capturées rigoureusement dans les mêmes conditions, donc abandonner le mode automatique et régler manuellement son exposition (ouverture & vitesse); de cette manière, la profondeur de champ sera la même sur tous les clichés du panoramique, et toute variation de luminosité sur une zone du panorama sera fidèlement restituée alors qu'en automatique elle aurait été "corrigée" par l'appareil de prise de vue.

 

Pour cette démonstration, j'ai choisi une sensibilité de 100 ISO en raison de l'ensoleillement particulièrement généreux ce jour-là, et une ouverture de diaphragme de F :1/8, ce qui donnera une profondeur de champ étendue (bien adaptée pour une photo de paysage). Je me positionne en mode Priorité Ouverture, et sans déclencher je balaie approximativement la zone que je cherche à intégrer dans mon panoramique pour observer dans le viseur quelle gamme de vitesse a été calculée pour ce couple sensibilité-ouverture. Je retiens la valeur moyenne approximative, ici 1/2000ème : le soleil est quasiment dans le champ, donc la lumière est très forte, ce qui conduit à utiliser une vitesse de prise de vue très élevée. Ici c'est un grand avantage car en rotation on a forcément tendance à bouger, une vitesse élevée réduira donc les risques de "flou de bouger" au déclenchement.

Je passe ensuite en mode Manuel sur le boîtier et je positionne les réglages suivants :

  • Ouverture F 1/8
  • Vitesse 1/2000ème

Ensuite, pour un balayage de gauche à droite, appareil tenu verticalement, je choisis ma première zone qui a toutes les chances d'être partiellement coupée au recadrage et je déclenche puis un léger décalage à droite en restant le plus horizontal possible et je redéclenche; ainsi de suite jusqu'à ce qui sera ma zone finale, sans doute elle aussi partiellement sacrifiée. Pour la zone photographiée, somme toute assez limitée, j'ai fait 15 déclenchements, avec des zones de recouvrement relativement importantes, ce qui facilitera le travail du logiciel de recomposition.

bibli criom pano

 

 L'histogramme visible à droite montre bien que j'ai trop sous-exposé, mauvaise lecture de ma part des vitesses calculées; mais comme je suis en RAW, ce n'est pas vraiment un gros problème, je saurai rattraper sans dégâts sur le résultat si besoin

Lorsqu'on observe la première de la série de photos, on peut constater que j'ai malencontreusement intégré un bras dans l'image, il a toutes les chances de faire partie d'une zone supprimée !! (sur cette image, pour qu'elle soit plus facilement visible, j'ai fortement augmenté l'exposition sans la dégrader, merci le RAW !)

bibli criom pano imagegauche

 

Au niveau de Lightroom, je lui demande procéder à une Fusion en mode Panorama en lui désignant les 15 photos.

Il mouline un bon moment car traiter 15 images RAW de 24 MO chacune ça demande de la ressource de calcul (beaucoup de temps processeur et surtout énormément de mémoire au vu de la taille des images source)

Il finit par proposer ça sur lequel j'ai déjà pas mal corrigé l'exposition pour que ce soit exploitable et commencé à définir un recadrage

bibli criom pano 2

 

Je valide donc cette sélection, et après quelques retouches ciblées, j'obtiens une image résultante extrêmement définie qui sans compression forte pèse un poids particulièrement conséquent y compris en jpg: 38,2 MO. On pourra donc se permettre beaucoup de liberté pour la compresser afin qu'elle reste manipulable sans trop de problèmes avec les logiciels de diaporama, via Lightroom, PhotoShop ou PhotoShop Elements

J'en ai refait une version affichable en web d'un poids très réduit de 551 KO

 

 DSC7605 Panorama 3

 

J'aurais pu réduire beaucoup moins, ce choix n'est utile que pour un affichage web, pour un diaporama j'aurais nettement moins compressé.

Pour réaliser l'assemblage des photos, j'ai profité d'une fonction intégrée à Lightroom, bien entendu également disponible dans PhotoShop.

Mais il existe des solutions gratuites téléchargeables et installables sans risque, notamment l'offre de Microsoft nommée Image Composite Editor (ICE): elle permet de traiter aussi bien des jpg que des RAW. Pour en trouver d'autres faites une recherche sur le web, sachant que le terme anglo-saxon de cette technique est stitch ou stitching.

 

Quelques informations sur le produit Adobe Lightroom

Lightroom est un produit logiciel édité par la société Adobe, un mastodonte des produits tant grand public que professionnels, très connu pour Photoshop en particulier mais également par ses logiciels de montage vidéo (Premiere), de générateur d'effets spéciaux video (After Effects), InDesign pour la PAO, Illustrator pour le dessin vectoriel,  mais surtout créateur de Reader (anciennement Acrobat Reader) utilisant le format PDF qui nous permet à tous de lire des documents créés initialement avec des outils divers mais affichables de manière unifiée sur tout type d'écran. Ils ont aussi popularisé le flash qu'on a tous d'abord apprécié, puis subi, dans les pages web.

Lightroom a été créé suite à la demande de photographes de pouvoir disposer d'outils propres au traitement de photographies sans avoir pour autant besoin de maîtriser la complexité parfois rebutante de Photoshop. Il s'appuie notamment sur des outils intégrés à Photoshop, en particulier pour la gestion des fichiers RAW.

Une version initiale est sortie en 2006, suivie d'une V2 en 2008. Fonctionnellement, cet outil était encore limité mais les bases du produit étaient déjà posées, notamment le catalogage lors de l'étape incontournable de l'importation des photos.

Les versions se sont succédé à un rythme approximativement bisannuel jusqu'à la version 6 sortie en 2015. Cette version 6 sera la toute dernière de la distribution en licence dite perpétuelle, car dorénavant le produit n'est plus accessible que par abonnement annuel. Au passage, la dénomination a également changé et le versionnage numérique a été remplacé par un nommage faisant référence au Creative Cloud (CC).

Cette décision a profondément perturbé les clients de Lightroom, mécontents de ne plus pouvoir choisir s'ils achètent ou non une mise à jour et surtout de la totale dépendance au Cloud pour pouvoir continuer à traiter leurs photos : en gros si on cesse son abonnement on n'a plus accès aux outils de traitement !!

Un véritable boulevard (une autoroute) est ouverte aux concurrents qui se verraient bien prendre la place convoitée de Lightroom. Parmi les candidats, on trouve bien entendu DxO avec ses produits OpticsPro, désormais dénommés Photolab . Mais ils ne sont pas les seuls : on pourra citer Luminar, RawTherapy, On1 Photo Raw, Affinity ….

Les outils proposés par Lightroom sont généralement pertinents et efficaces, l'ergonomie étant similaire à celle des concurrents. Le nom des réglages est un peu différent de ceux retenus par DxO d'où une certaine difficulté pour passer de l'un à l'autre. L'ordonnancement  des opérations est très bien structuré dans Lightroom, mieux que chez DxO selon moi. Il n'y a pas par défaut application de précorrections chez Lightroom, sauf celles concernant les objectifs si on a pris la précaution de bien paramétrer le logiciel en conséquence.

Au crédit incontestable de DxO, on citera la gestion du bruit pour les images RAW très abimées, du moins si on a opté pour la version Elite du produit et qu'on dispose d'un ordinateur un peu puissant.

 

Prochaine exposition Photo

Bienvenue à Antoine qui nous rejoint à l'activité Photo. Nous étions peu nombreux ce mardi 4 décembre.

Le thème "La mer" proposé par Michel est très favorablement reçu par les personnes présentes, mais une consultation plus large sera nécessaire pour finaliser.

On a également convenu que la date d'exposition à privilégier ne doit pas être trop tôt dans l'année, comme l'an dernier. On privilégierait a priori la période fin mars - début avril. Puis on fera notre demande à la mairie pour pré-réserver la salle des mariages, en fonction de la disponibilité de cette salle bien entendu.

L'an dernier, on avait exposé 46 photos et on avait constaté qu'on avait un peu débordé la limite maximum de ce qu'il est raisonnable de déployer dans la salle des mariages. On n'a pas encore reçu les intentions des participants potentiels, mais au vu de la baisse du nombre d'adhérents, on voit qu'on devrait rester sur un nombre de photos bien inférieur. En fonction du nombre de participants, on recalculera combien de clichés chacun peut exposer.

Michel propose également d'inviter Marie-Hélène et Philippe à exposer leurs oeuvres, charge à nous de réaliser les tirages pour éviter le transport de photos. Les participants du jour approuvent cette proposition, non encore transmise aux intéressés.

 

Salle St Jean - Avenue du Bois St Jean - 60560 ORRY-la-VILLE